Rechercher
  • Fabienne Pellizzari

« Relations et réveille des blessures.»


« Il est des personnes qui entrent dans nos vies et qui réveillent de manière inconsciente, mais parfois avec fracas, les blessures qui restent encore à guérir en nous.


Cela n'est ni confortable, ni joyeux à priori, jusqu’à que nous comprenions que ce qu'ils réveillent en nous, l'espace qui est touché, demande à être réparer, guéri, et par conséquent, que nous prenions en main la responsabilité de s'occuper de nos vies un peu plus en profondeur.

Aussi choquant que cela puisse paraître, c'est bien souvent nous qui allons vers, ou attirons à soi ce genre de relations. C'est comme si à l'intérieur de nous, l'espace blessé vibrait de telle manière qu'il nous incite, nous pousse à le regarder par l’intermédiaire de l'autre, pour entrer dans un processus de libération, de guérison. Car si nous n'avons pas pris conscience de la relation que nous entretenons avec nous-même, qui est révélateur, o combien, des mémoires encore souffrantes en nous, et bien entendu des mémoires guéries, si rien d'autre n'a été initié en matière de libération de ces espaces blessés, ils frapperont aux portes de nos cœurs, encore et encore, de bien des manières, afin d’être entendus, et ceci, pour au final, notre plus grand bien.

Chacun d'entre nous à certainement expérimenté cela, ces relations miroirs, où l'autre nous renvoie ce que nous nous faisons à nous-même, bien souvent inconsciemment. En agissant avec nous, comme nous le faisons avec nous même, en nous rejetant, en nous abandonnant, en manquant de considération, en nous humiliant.. l'autre éclaire nos blessures encore agissantes, afin que nous prenions conscience de notre façon d'être, autant avec nous-même qu'avec l'autre. Et même si ça n'en a pas l'air, ceci est un cadeau de la vie. Car ces rencontres qui bousculent nos vies, mettent en lumière les mémoires blessées, les dossiers non résolus, les non-dits, les blessures en attentes de réparations, et les peurs, les chagrins, les colères, qui vont avec, ces rencontres, donc, sont un signal. C'est le signal qu'il est temps de guérir ce qui se présente, car lorsqu'une mémoire blessée ressurgi, d'une manière ou d'une autre, cela montre que les circonstances sont réunies pour la libération de ce qui doit être, et que l'énergie dont nous avons besoin pour mener à bien cette libération, cette guérison, nous est donnée par l'univers, par la vie. Nous sommes soutenus et accompagnés dans cette démarche, lorsque nous en faisons la demande, que ce soit dans la dimension spirituelle et dans la dimension matière. Nous ne sommes jamais seul lorsqu'il s’agit de progresser sur notre chemin.

Cependant, bien entendu, il s'agit aussi de savoir prendre de la distance avec ce qui a provoqué cette résurgence, cette souffrance, et regarder à l'intérieur de nous. Car si nous incriminons l'autre de nous blesser, ce que nous faisons bien souvent spontanément, car réellement, il nous blesse, sans prendre conscience de ce que cela éveille en nous, et que c'est cela l'essentiel, nous risquons de rester focalisé sur l'autre, alors que c'est un retour à soi qui est demandé.

Ces rencontres sont là pour nous éclairer et non pour nous détruire, et ceci malgré les apparences. Il est bien évident que si la relation est toxique, il faut s'en éloigner, la rompre, la stopper pour se sauvegarder, et encore une fois, revenir à soi, s'occuper de soi, avec tout l'amour dont nous avons besoin pour grandir en conscience.


Ayons donc le courage de se tourner vers soi, de regarder en soi la relation que nous entretenons avec nous-même, et ceci avec amour, tendresse et compassion, comme nous le ferions pour un ami, afin de libérer ce qui doit l'être encore. Ceci nous évitera à l'avenir d'entrer dans des relations souffrantes, ce qui est une bonne chose en soi, n'est-ce pas?"

Fabienne Pellizzari pour Femme-Médecine Sacrée

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com